Le projet Vaudreuil au-delà de 2022 permettra à l’Usine Vaudreuil de prolonger sa vie de combien d’années?

Sous sa forme actuelle, le projet permettrait potentiellement de prolonger la durée de vie de l’Usine Vaudreuil de 25 ans à partir de 2022.

  1. La première phase permettrait à l’usine de rester en opération pendant 8 ans après 2022, soit jusqu'en 2030
  2. La seconde phase permettrait de prolonger la durée de vie d’environ 17 ans supplémentaires, soit jusqu'en 2047. 

La technologie de filtration est-elle réellement la meilleure technologie disponible?

La technologie de filtration a fait une percée récente dans l’industrie de l’alumine depuis cinq ans. L’assèchement des résidus par filtration est devenu une norme dans l’industrie, plusieurs producteurs d’alumine ayant récemment implanté cette technologie ou ayant des projets pour l’implanter.

Les principaux avantages de cette technologie sont :

  • Une réduction importante de la surface nécessaire à l’entreposage des résidus de bauxite
  • Une réduction considérable du risque d’émission de poussière vers les propriétés voisines (opération en petites cellules facilitant l’application d’abats poussière)
  • Une réduction du risque à l’environnement
  • Une réhabilitation progressive des sites plus facile (surface solide donc restauration plus facile)
  • À long terme, favoriserait tout projet de valorisation de ces résidus puisque  ceux-ci seront plus solides.

De plus, la technologie de filtration est la plus adaptée à nos conditions géographiques. Pour ces raisons, la technologie de filtration est la meilleure technologie disponible.


Les résidus de bauxite sont-ils toxiques ?

Les résidus de bauxite sont les résidus du minerai de bauxite duquel nous avons extrait l’alumine via le procédé Bayer.

Les résidus de bauxite sont un mélange de divers éléments, principalement du fer, sous forme d’hématite qui lui donne sa couleur rouge, d'aluminium et de silicium. Ils comprennent aussi, mais en plus petite quantité du titane, du calcium et du sodium, etc., ainsi que de la soude caustique, qui a servi à extraire l’alumine dans la bauxite.

Les résidus de bauxite peuvent contenir une quantité résiduelle de caustique mais ne sont pas considérés comme une matière dangereuse selon le Règlement québécois sur les matières dangereuses.

Cependant, lorsque les résidus de bauxite sont asséchés ou filtrés, la quantité de soude caustique devient plus faible.

Cliquez ici pour consulter la fiche sur la composition des résidus de bauxite.


Avez-vous étudié d’autres options d’emplacement possible pour votre nouveau site de résidus?

Oui, d’autres emplacements ont été envisagés et analysés pour le futur site de disposition de résidus de bauxite. Voici la façon dont nous avons procédé pour en arriver à l’emplacement du projet actuel :

  1. Toutes les options ont été regardées. 9 sites potentiellement envisageables ont été identifiés (voir la carte de l’emplacement de ces 9 sites)

  2. Nous avons par la suite identifié les critères essentiels pour la sélection d’un nouveau site :

    -  Longévité du site suffisante  (critère le plus discriminatoire)
    -  Distance raisonnable par rapport à l'usine
    -  Fondation du terrain favorable (imperméabilité)
    -  Propriété de Rio Tinto
    -  Absence de problème majeur au plan du zonage
    -  Droit de passage – distance raisonnable par rapport à l’usine
    -  Droit de passage - nombre de lots compris entre l’usine et le site
    -  Distance par rapport aux résidences suffisamment grande
    -  Distance par rapport aux cours d'eau suffisamment grande
    -  Distance par rapport aux routes  suffisamment grande
    -  Distance par rapport aux puits d'eau potable suffisamment grande
    -  Impact nul ou mineur sur les activités récréatives et les espaces verts
    -  Impact nul ou mineur sur le plan d'urbanisme
    -  Peu d’obstacles à franchir entre l'usine et le site
    -  Extension par rapport à un site existant

  3. Nous avons alors définis les critères discriminatoires pour chacun des 9 sites (voir page 2 : grille des critèresdiscriminatoires par site). Il est clairement ressorti que deux sites répondaient favorablement  à nos critères de sélection : le site actuellement à l’étude et le site de Laterrière.

  4. Toutefois, les aspects techniques et économiques n’avaient pas encore été pris en considération. Une fois ceux-ci pris en compte dans nos analyses, il s’est avéré que :

  • D’un point de vue de la faisabilité technique, le site de Laterrière démontre une  forte complexité puisque des résidus à haute concentration solide devront être pompés sur 13 kilomètres en milieu urbain.

  • D’un point de vue de la viabilité économique, le site actuellement à l’étude représenterait un investissement de plus de 200 millions de dollars alors que celui pour le site de Laterrière serait du double.


Pourquoi ne faites-vous pas ce projet sur le site qui existe déjà à Laterrière?

En effet, il y a un site à Laterrière qui a déjà été utilisé pour y entreposer des résidus de bauxite.

Actuellement, le site est en opération limitée. Il n’y a plus de résidus envoyés au site et Rio Tinto s'occupe uniquement de la gestion d’eau. L’eau de pluie qui s’y accumule est récupérée et acheminée par conduites jusqu’au Complexe Jonquière pour y être traitée.

Rio Tinto a envisagé ce site pour le projet. Mais d’un point de vue de la faisabilité technique, le site de Laterrière démontre une  forte complexité puisque des résidus à haute concentration solide devront être pompés sur 13 kilomètres en milieu urbain.

De plus, d’un point de vue de la viabilité économique, le site actuellement à l’étude représenterait un investissement de plus de 200 millions de dollars alors que celui pour le site de Laterrière serait du double


Pourquoi le projet n’est-il pas soumis à une évaluation environnementale formelle? C'est pourtant un projet d'envergure.

Le règlement québécois sur l’évaluation et l’examen des impacts sur l’environnement (Q-2R23) spécifie les projets assujettis à cette procédure d’évaluation environnementale. Le projet Vaudreuil au-delà de 2022, qui consiste en l’expansion du site actuel, n’entre pas dans ces critères.

Il est important pour Rio Tinto de travailler en étroite collaboration avec ses parties prenantes. C’est pourquoi nous avons décidé de réaliser volontairement une évaluation des impacts environnementaux pour ce projet de mettre en place une démarche de consultation publique rigoureuse qui prend en compte les préoccupations de nos parties prenantes et de la population.

Le ministère commentera les documents déposés pour l’obtention du certificat d’autorisation.


De quelle façon les commentaires des citoyens seront-ils pris en compte dans le projet?

Les commentaires et préoccupations soulevés par les citoyens et nos parties prenantes lors des consultations  seront tous pris en note et compilés.

Ils seront pris en considération dans la première version de l’étude d’impact et permettront de bonifier le projet.

Les comptes rendus des rencontres de consultations seront accessibles et les citoyens pourront nous faire part de leurs commentaires.


Le projet fera-t-il l'objet d'une autorisation du gouvernement?

Oui, le projet doit obtenir des certificats d’autorisation. Le projet devra donc être soumis pour approbation au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELC) en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l'environnement.

Rio Tinto a d'ailleurs déposé une demande de certificat d’autorisation pour l’augmentation de la hauteur du site actuel (phase 1 du projet). C’est la seule partie du projet dont les impacts sont connus. 

La seconde demande de certificat sera déposée une fois l’étude d’impact et les consultations publiques complétées, au printemps 2016.


À la fin de 2010, Rio Tinto a annoncé un investissement de plus de 10 millions de dollars pour l’agrandissement du site de disposition des résidus de bauxite? Pourquoi alors lancer ce projet maintenant?

L’agrandissement annoncé en 2010 a été réalisé et permet à l’usine d’opérer jusqu’en 2022, date à laquelle le site de disposition atteindra sa pleine capacité. Développer une alternative pour poursuivre au-delà de 2022 demande plusieurs années de préparation, c’est pourquoi ce projet est lancé maintenant.

Le projet Vaudreuil au-delà de 2022 est d’une envergure beaucoup plus importante que l’agrandissement annoncé en 2010.


La fermeture de l’Usine Vaudreuil en 2022 est-elle une option envisageable? Si oui, quels seront les impacts de cette fermeture?

Oui, la fermeture de l’Usine Vaudreuil est effectivement envisageable.

Les principaux impacts de cette option sont la perte de plus de 1000 emplois dans la région, la diminution des retombées économiques locales et les impacts psychosociaux chez les employés et plus généralement chez les familles touchées par la fermeture.